France

Thiriez: « Pas les joueurs qui paieront ! »

Thiriez: « Pas les joueurs qui paieront ! »
k-foot

La taxe à 75% est un sujet crucial du côté de la LFP. Son président Frédéric Thiriez s’est encore fendu mardi d’une interview pour dénoncer le projet de loi de François Hollande. La réunion prévue dans 24 heures avec le chef de l’Etat s’annonce tendue.

« Ce ne sont pas les personnes qui ont le plus d’argent qui paieront, mais leurs employeurs ! » Si l’on devait résumer en une phrase la pensée de Frédéric Thiriez, lors d’une interview de l’AFP retranscrite sur Lfp.fr, celle-ci conviendrait plutôt bien. Le président de la Ligue a encore formulé cette critique au gouvernement (et par ricochet à François Hollande): la dernière mouture de la taxe à 75% ne lui convient pas, une taxe qui, dans une première version, obligeait aux employés (les footballeurs donc) de s’acquitter eux-mêmes de cet impôt sur les très hauts revenus.

A l’origine, un tel projet n’avait pas non plus trouvé d’écho favorable dans la bouche des dirigeants français (ils n’ont pas l’habitude de contraindre financièrement leurs vedettes), mais ces derniers se scandalisent publiquement depuis plusieurs jours de ce changement dans la loi qui voit les entreprises (donc les clubs) être visés. « Nous nous sommes donné un mois pour informer l’opinion« , affirme alors Thiriez, qui ne parlera pas d’une stratégie de pression à la veille d’une réunion avec François Hollande.

« Hollande ne peut pas rester sourd« 

Et selon l’homme de 61 ans, cette fameuse opinion n’aurait toujours pas compris que les footballeurs passeront (au moins à court terme) entre les mailles du filet. L’occasion d’en remettre une couche donc: « L’expression ‘grève de millionnaires’ est une ânerie ! Grève ? Il n’y a pas grève: nous reportons les matches et en profitons, stades ouverts, pour expliquer ce qui se passe au public. Millionnaires ? Ce ne sont pas les footballeurs mais les employeurs qui paieront la taxe. » S’il n’évoque pas la possibilité que les clubs changent eux-mêmes la donne en proposant, à terme, des salaires bien moins « indécents », Thirez agite par contre une nouvelle fois le spectre d’une catastrophe pour le foot hexagonal: « Nous parlons de la survie du football français. »

Et le patron de la LFP d’évoquer les trois doléances qu’il formulera au Président de la République jeudi: « 1. Ne pas soumettre les PME à cette taxe. 2. Que cette taxe ne soit pas rétroactive. 3. Qu’au moins on ne taxe pas les entreprises en difficultés, notamment celles qui sont déficitaires. Ce sont ces trois solutions que nous allons proposer au président jeudi. Il ne peut pas rester sourd.« 

Source : football.fr

Comments

comments

loading comments...
France

Voir d'Autres Sujets : France

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot