AFC

Révolution du football féminin au Moyen-Orient : Le cas de la GFA au Liban

Révolution du football féminin au Moyen-Orient : Le cas de la GFA au Liban
k-foot

Des footballeuses au Liban ? Cela existe. D’ailleurs leur nombre s’est accru au fil des ans, laissant ainsi penser que la révolution du football féminin pourrait venir du pays du cèdre.

Foot féminin20 au départ, elles sont aujourd’hui au nombre de 50, les joueuses évoluant dans la Girls Football Academy (GFA – l’académie féminine de football), dont la vocation est non seulement de pallier le manque de moyens mis dans l’entraînement féminin des clubs de football mixtes, mais également d’offrir aux passionnées de tout âge et de tout niveau un endroit où s’améliorer, mais surtout s’amuser.

Une histoire qui commence devant un café

L’histoire ressemble à certains points de vue à celle de l’équipe de hockey sur glace composée de jeunes migrants somaliens  en Suède. Comme Patrick Andersson qui a renontré des jeunes Somaliens dans un bar, Walid Arakji, l’enthousiaste co-fondateur de la Girls Football Academy (GFA) rencontre Nadia Assaf devant un café à Beyrouth, la capitale libanaise. Les deux se mirent alors à échanger sur la situation du football féminin dans leur pays. La donne va changer. La jeune femme de 26 ans joue dans l’équipe nationale après avoir fréquenté auparavant les clubs Al-Ansar et Atletico, voilà déjà huit ans. La tête et les jambes : cette surdouée est dotée d’une licence de l’Université Américaine de Beyrouth (AUB), et d’un master en développement des sports et éducations sportive de l’Université de Bath en Angleterre.

Deux destins croisés qui font bouger les choses

Walid Arakji a joué 26 ans en France, dans le club de Juvisy (au Sud de Paris), avant de revenir s’installer au pays en 2006. Là, il intègre des clubs en tant qu’entraîneur. « J’étais habitué à voir des filles jouer à un très haut niveau. A mes débuts libanais, j’ai vite été déçu de voir le peu de moyens alloué aux équipes féminines, et surtout frustré car je ne pouvais pas travailler dans de bonnes conditions quand je ne m’occupais pas des garçons », explique-t-il.

Nadia, elle, a toujours vécu au Liban après ses études en Europe. Dans son Liban natal, elle est révoltée par le manque de considération aux femmes dans l’univers du football : « Nous sommes en général mises de côté, nous n’avons accès ni à l’équipement ni au temps nécessaire sur le terrain pour progresser, comme si nous étions des choses à côté », regrette Nadia.

C’est donc cette constatation commune qui les a poussés à fonder une académie de football exclusivement pour les filles, première du genre dans la région. Pour la sportive, Foot féminin1la GFA est un moyen de « se débarrasser du sexisme sur le terrain ». Un sexisme que Walid attribue au Liban : « Une femme qui joue au football va rencontrer, sauf aux États-Unis et en Norvège où culturellement c’est un sport de filles, des difficultés partout, et particulièrement dans les pays latins. Le Liban est à la traîne mais à la GFA on a de tout, de la fille qui se cache de ses parents pour jouer, au père super enthousiaste qui vient l’encourager ». De son côté, Nadia estime que « sur le terrain, les femmes sont respectées par les footballeurs, mais dès qu’elles en sortent c’est plus dur ». « Si la Fédération s’y intéressait et mettait de l’argent dans le football féminin, cela attirerait les sponsors, l’argent, l’intérêt du public », s’insurge-t-elle.« Au final, les problèmes du Liban viennent du manque d’éducation et du complexe d’infériorité de genre. »

Les premiers résultats

Le lancement de la GFA (elle compte deux équipes : une senior, et une junior) au Liban est le résultat du dur labeur de Nadia et Walid. Après cinq mois sur un terrain excentré de Beyrouth, ils ont réussi à louer les terrains du club Nejmeh, situé au bord de la mer à l’Ouest de la capitale. « Les terrains sont chers, donc nous demandons des participations mensuelles aux filles », détaille Walid. Avec 120 dollars par mois pour les moins de 18 ans et 35 dollars pour les autres, le football féminin n’est pas accessible à toutes les bourses. Pour compenser, ils font appel à des sponsors qui financent l’équipement et les frais de fonctionnement, et les quatre entraîneurs sont bénévoles. Des hommes pour l’instant car « toutes les joueuses capables d’entraîner participent déjà aux compétitions ». La priorité est pour l’instant mise sur le jeu, mais quelques jeunes se préparent à passer le diplôme d’entraineur.

Un bel exemple dans la région

La GFA est avant tout une famille soudée. Sur le terrain, les filles semblent en effet concentrées mais n’hésitent pas à se taquiner pour une balle manquée, ou à gentiment rabrouer Walid, venu les déconcentrer lors de leur entraînement avec un autre. Ici, pas question de parler politique ou religion, ce qui les démarque de l’ambiance libanaise habituelle. « On est tous là pour jouer au foot », souligne-t-il. Il n’existe pas de discrimination liée à l’origine, à la pratique religieuse ou au niveau. « Tant qu’une fille est capable de courir après un ballon, notre porte est ouverte ! »

Foot féminin2En juin dernier, la Fédération libanaise de football a choisi 11 joueuses de la GFA pour participer aux qualifications de la coupe d’Asie. Nadia rêve d’ailleurs qu’ « à terme, l’équipe nationale féminine soit constituée en majorité de joueuses du club, ce qui nous rapprocherait du niveau international ».

En Cisjordanie, contrairement à Gaza, les femmes peuvent jouer au football dans des conditions acceptables. Elles le doivent essentiellement à Jibril Rajoub, le puissant président de la Fédération palestinienne et ancien chef de la sécurité de Yasser Arafat.

En 2010, le Bahreïn a accueilli ARABIA 2010, un tournoi de football féminin à huit équipes avec la Syrie, la Palestine, le Qatar, l’Irak, l’Egypte, le Liban et la Jordanie.

Des exemples pour dire que les femmes sont autant capables que les hommes de porter haut l’étendard de leurs pays à travers le sport, et que continuer à s’opposer à l’émergence du football féminin à ce 21è siècle serait un grand tort.

Source : Africa Top Sport

Comments

comments

loading comments...

Voir d'Autres Sujets : AFC

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot