Mercato

L’équipe-type des surcotés

L’équipe-type des surcotés
k-foot
Mario Balotelli et Sergio Ramos sont sans cesse encensés dans les médias français. (Reuters)

« Thiago Silva, encore un Brésilien surcoté. » Cette débilité, signée comme souvent Joey Barton, m’a tout de même rappelé une chose. Moi aussi, j’aimerais bien souligner le cirage de pompes assez lourd dont bénéficient de nombreux footballeurs, de la part des journalistes français surtout. En espérant être moins à la rue que le milieu de l’OM, j’ai créé mon équipe-type des surcotés, en 3-4-3 puisque je suis un fan du Barça. Et aussi parce que les latéraux encensés à tort ne courent pas les rues…

Mickaël Landreau (gardien de but en mousse)
Numéro 3 en équipe de France, Landreau ne fait pas partie des cinq meilleurs gardiens français selon moi. Lloris, Mandanda, Costil, Carrasso, Ruffier voire même Thébaux, Thuram et Audard me semblent au-dessus. J’entends bien, le portier bastiais est très apprécié pour sa mesure et son bon parler dans les médias. Apprécier l’homme ne doit toutefois pas nuire à l’observation objective de ses prestations. Un mal récurent chez nous autres Gaulois.

Sergio Ramos (dézingueur, axe droit)
J’imagine déjà le tollé: « Comment peut-on égratigner Sergio Ramos, le grand défenseur du Real, le meilleur au monde selon Bixente Lizarazu ? C’est Mozart qu’on assassine ! » Non, justement, l’assassin, c’est Ramos. Je reconnais ses qualités exceptionnelles dans les duels, son énorme jeu aérien ou ses relances propres. Mais la saleté de ses interventions défensives me semble trop souvent oubliée. Pourtant, ce ne sont pas les cartons jaunes et rouges qui manquent à sa carrière. Mais, pour moi, il ne devrait terminer aucun match. Un voyou.

Gerard Piqué (escargot, axe centr… axe tout court bordel !)
Il avait séduit le monde entier lors de ses débuts. L’attaquant de formation, énorme dans la relance, sublime dans le placement, n’est plus que l’ombre de lui-même aujourd’hui. Pourtant, certains journalistes (ils sont de moins en moins nombreux) continuent de nous faire croire qu’il fait partie du gratin. C’est faux. Au supplice face au Real, au supplice face au PSG, Piqué n’y arrive plus. Tout simplement.

Mapou Yanga-Mbiwa (boucher, axe gauche)
L’arnaque de ses dernières années en France. Un boucher impotent, également protégé par les arbitres et qui est encensé depuis ses débuts à Montpellier. Je me souviens d’une interview de RMC, où tous les journalistes lui ciraient les pompes et le réclamaient déjà en équipe de France. Quelle imposture. Le remplaçant à Newcastle ne sait pas relancer proprement, tacle par derrière dès qu’il peut et se retrouve le premier à se tordre de douleurs quand on l’effleure. Un joueur détestable.

Ramires (inter droit, escroc de surcroît)
Oui, je sais. Le poste d’inter n’existe plus dans le jargon de ces messieurs les journalistes. Toujours est-il que le Brésilien, pour sa propension à occuper le couloir droit, ferait un parfait inter. A la seule nuance près, et elle est de taille, qu’il ne ferait aucune passe vers l’avant, comme toujours. Oui, Ramires est un dribbleur stupide, peu tourné vers le collectif et pourtant encensé par L’Equipe, qui n’a pas hésité à le mettre dans son équipe-type de l’année 2012. Et sinon David Silva, vous connaissez ?

Abou Diaby (milieu axial, verre fragile)
« S’il n’était pas autant blessé, il serait le meilleur Français de sa génération. » Voilà le genre d’aberrations qu’on entend souvent en France au sujet d’Abou Diaby. Certes, le milieu d’Arsenal a des qualités appréciables de contrôles, de dribbles et d’accélération, quand il ne passe pas la majeure partie de son temps (à peu près 90%) à l’infirmerie bien sûr. Au-delà de ça, le joueur formé à Auxerre n’a rien d’un milieu de terrain fantastique. L’essence de ce poste reste quand même la passe. Et l’envie de jouer avec (et pour) les autres. Dans ce domaine, Diaby est loin du compte. A 26 ans, il n’arrive toujours pas à lâcher rapidement le précieux ballon. Un état de fait tu de toute part pourtant plus problématique que sa fragilité chronique.

Yohan Cabaye (milieu axial, se prend parfois pour Xavi)
L’exemple type du traitement de faveur accordé au joueur français expatrié en Angleterre. Il faut le savoir: à Newcastle, Yohan Cabaye ne rate jamais un match. C’est interdit de le mentionner en tout cas. Quand il est moyen, on entend qu’il a été monstrueux. Quand il est à côté de ses pompes, la lâcheté journalistique nous offre un médiocre: « il n’a pas été au meilleur de sa forme« . C’est simple, Olivier Giroud (que vous retrouverez bientôt dans mon équipe-type des sous-cotés) est le seul Français évoluant en Premier League à être taillé en pièces (et à tort) par ces micros de plombs en puissance made in Canal +. Pendant ce temps, on attend toujours  la première passe vers l’avant de Cabaye depuis deux ans, lui qui croit volontiers Fabregas quand il lui dit qu’il est Xavi. Bref…

Neymar (inter gauche préféré de Barton…)
Joey Barton, au milieu de ses innombrables bêtises, est parfois clairvoyant. Quand il parle de Neymar notamment, le Justin Bieber du football. Sans forcément tomber dans l’étiquetage médiocre, il faut quand même préciser que l’attaquant brésilien de Santos n’a rien du grand joueur que l’on annonce dans le monde entier. Et donc en France. Apparemment, les plus grandes écuries semblent se l’arracher. « Et alors ? », ai-je envie de dire… Le Barça ne s’est jamais trompé ? Ah, on me dit dans l’oreillette que Chigrinsky est en fait un génie incompris. Quand est-ce que les gens comprendront que le nom de l’employeur ne présume pas du talent de l’homme. Neymar, 21 ans, est encore un enfant gâté qui ne sait pas jouer dans le bon tempo. Un Brésilien pas en rythme, ça fait tâche.

Arjen Robben (attaquant droit, joueur de jokari )
J’ai lu sur un excellent blog du dénommé enroulux que le jokari était né en 1987, l’année de naissance de Ben Arfa et Ménez. Si les deux imposteurs ont été depuis démasqués, un certain Batave continue de leurrer tout son monde. Arjen Robben, adepte du jokari qui consiste à jouer seul avec une balle, est le chouchou de nos plumitifs préférés, qui voient en lui un virtuose magnifique. Rien que ça. En attendant, le Bayern pleure encore son comportement si « altruiste » qui lui a fait perdre la Ligue des champions face à une faible équipe de Chelsea l’an passé.

Karim Benzema (avant-centre, il fut un temps)
Oh mon dieu, qui a voulu toucher à Benzema ? Il avoue fièrement son refus de chanter l’hymne de la nation ? Pas grave, il est aussi fort que Zidane et Platini. Il ne marque pas pendant 12 matches en Bleu ? Et alors, vous voulez un autre attaquant français à sa place ? Vous êtes fous, ce sont tous des branques ! Il n’a jamais pressé un défenseur dans sa carrière ? Quelle gestion de son physique, chapeau ! Il dézonne constamment et se prend pour un numéro 10 ? Il faut bien, Mathieu Valbuena n’a tellement pas la carrure internationale… Messieurs les chipoteurs et autres chafouins en tout genre, merci de ne pas chercher des poux à Benzema, svp ! C’est un exemple pour la France !

Mario Balotelli (attaquant gauche, vraiment gauche )
Tout a une fin, même une équipe-type des joueurs surcotés. Tant qu’à finir, autant le faire en beauté, avec le génie du football moderne, j’ai nommé « Super Mario » Balotelli. Je l’ai encore admiré il y a peu, face au Brésil. Quatre occasions vendangées face au but et un tir enroulé assez joli qui a fait mouche. Un bilan insuffisant, forcément, qui a débouché sur… les ovations des incompétents de BeIN Sport (Philippe Genin et Bruno Cheyrou en tête). « Quel maestro, quel grand joueur, encore héroïque ce soir ! » Et tous les médias, qui ont évidemment eu la flemme de regarder le match, ont emboité le pas de la chaîne qatarienne. A l’Euro 2012, même son de cloche. Deux buts, dont un fantastique, inscrits face à l’Allemagne, ont suffi à faire oublier son tournoi catastrophique. Sa présence dans l’équipe-type de la compétition, proposée par l’UEFA, suffit à en faire le joueur le plus surcoté au monde. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter…

Comments

comments

loading comments...
Mercato

Voir d'Autres Sujets : Mercato

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot