Ballon d'OR

Le FIFA Ballon d’Or 2013 en 13 infos

Le FIFA Ballon d’Or 2013 en 13 infos
k-foot

Le FIFA Ballon d’Or 2013 en 13 infos

De Stanley Matthews en 1956 à Lionel Messi en 2012 le titre de meilleur joueur mondial est attribué depuis plus de cinq décennies. Une longue histoire marquée par des figures incontournables, des chiffres passionnants, des histoires et des anecdotes originales. A quelques semaines de la désignation du FIFA Ballon d’Or 2013, FIFA.com vous livre 13 infos sur la longue vie du trophée individuel le plus convoité de la planète football.

1) Une spécialité française
Tout comme la FIFA, crée en 1904, ou la Coupe du Monde de la FIFA, en 1928, ainsi que le trophée Jules Rimet, destiné au premier vainqueur du tournoi, le Ballon d’Or a vu le jour en France. C’est le magazine France Football qui a instauré la récompense attribuée au meilleur joueur européen, appelée Ballon d’Or France Football. Mais le berceau du football se situant de l’autre côté de la Manche, le premier lauréat a été l’Anglais Sir Stanley Matthews, en 1956.

2) Vision élargie
A sa création, le trophée récompensait uniquement le meilleur joueur européen évoluant dans un championnat européen. Un premier changement intervient en 1995 : les candidats doivent évoluer en Europe, sans nécessairement en être originaire. A partir de 2007, le Ballon d’Or est attribué au meilleur joueur sans aucune restriction géographique, critère maintenu en 2010 quand le Ballon d’OrFrance Football fusionne avec le titre de Joueur Mondial de la FIFA, créé en 1991. Trop tard pour les Pelé, Garrincha, Diego Maradona et autres Zico ou Téofilo Cubillas qui auraient peut-être eu leur mot à dire…

3) L’Amérique du Sud rattrape son retard
Les modalités d’attribution ayant longtemps privé les génies non européens de récompense, il faut attendre le sacre du Brésilien Romario en 1994 pour voir le premier Sud-Américain couronné par le titre de Joueur Mondial de la FIFA, et de son compatriote Ronaldo en 1997 pour le Ballon d’Or. En réalité, ils ont été devancés par deux Argentins, puisque l’Espagnol Alfredo Di Stefano, lauréat en 1957 et 1959, et l’Italien Omar Sivori, couronné en 1961, avaient la double nationalité, mais sont nés sur le sol argentin. Et comme pour combler ce retard de l’histoire, les quatre derniers trophées sont également tombés entre les mains d’un Argentin, en l’occurrence Lionel Messi.

4) L’exception libérienne
Reste que le FIFA Ballon d’Or est depuis toujours la chasse gardée de l’Europe et de l’Amérique du Sud, qui ont  conquis tous les titres, à une exception près. En 1995, George Weah a reçu les deux distinctions, Ballon d’Or et Joueur Mondial de la FIFA, pour permettre au Liberia et à l’Afrique de prendre place dans le gotha mondial.

5) Le premier et l’aîné
Le premier Ballon d’Or de l’histoire est l’Anglais Sir Stanley Matthews, véritable légende anglaise. Son immense talent est inversement proportionnel à son maigre palmarès. S’il n’a gagné en tout et pour tout qu’une Coupe d’Angleterre en 1953 avec Blackpool, l’ailier a gagné le surnom de Wizard of the dribble (Sorcier du dribble) et une renommée qui persiste encore aujourd’hui, grâce à son talent, son comportement exemplaire, et une hygiène de vie irréprochable. Il a d’ailleurs évolué au plus haut niveau jusqu’à 50 ans et a reçu le Ballon d’Or à 41 ans.

6) La jeunesse au pouvoir
A l’autre bout de la pyramide des âges, le plus jeune lauréat est le Brésilien Ronaldo, sacré à 21 ans en 1997 pour les deux récompenses, juste devant l’Anglais Michael Owen, plus âgé de quelques mois lorsqu’il a reçu le Ballon d’Or en 2001. Le dernier Ballon d’Or, Lionel Messi, était aussi – avec Ronaldoen 1996 – le plus jeune joueur présent sur un podium à 20 ans en 2007. La Pulga est depuis devenu le plus jeune double vainqueur, à 23 ans en 2010, le plus jeune triple vainqueur, à 24 ans en 2011, et le plus jeune quadruple vainqueur, à 25 ans en 2012. Mais l’attaquant du FC Barcelone est également le plus vieux dans cette dernière catégorie ! Forcément, il est le premier et seul joueur de l’histoire à avoir décroché quatre fois le trophée…

7) Multirécidivistes
Avant que Messi n’établisse ce record en 2012, trois autres joueurs avaient décrochés trois Ballons d’Or. Le Néerlandais Johan Cruyff a été le premier en 1971, 1973 et 1974, son compatriote Marco van Basten l’a imité en 1988, 1989 et 1992, et le Français Michel Platini s’est intercalé entre les deux, en réussissant la prouesse d’en décrocher trois consécutivement, entre 1983 et 1985. Ils sont deux de plus à avoir vu double, en l’occurrence Di Stéfano (1957, 1959), Franz Beckenbauer (1972, 1976), Kevin Keegan (1978, 1979), Karl-Heinz Rummenigge (1980, 1981), et Ronaldo (1997, 2002). Quant au prix du Joueur Mondial de la FIFA, Zinedine Zidane et Ronaldo sont les seuls à avoir remporté trois trophées, en  1998, 2000 et 2003 pour le Français – par ailleurs Ballon d’Or en 1998 -, et en 1996, 1997 et 2002 pour le Brésilien.

8) Tout pour l’attaque, ou presque
Sur les 57 Ballons d’Or distribués depuis la création du prix, 52 l’ont été à des attaquants ou des milieux de terrain offensifs. Seules cinq récompenses ont échappé aux joueurs portés vers l’attaque. Quatre sont revenues à des défenseurs, dont deux pour le seul Beckenbauer. Le Kaiser a ouvert la voie à Matthias Sammer (1996) et Fabio Cannavaro (2006). Si Lothar Matthäus a terminé sa carrière en défense centrale, il a été distingué en 1980 à l’époque où il évoluait en meneur de jeu. Une seule récompense suprême est revenue à un gardien de but, le Soviétique Lev Yashin. L’Araignée noire est devenu en 1963 le premier joueur non-offensif sacré et reste à ce jour le seul gardien récompensé. Les Italiens Dino Zoff et Gianluigi Buffon ont fini sur la deuxième marche en 1973 et 2006 respectivement, tandis que le Tchécoslovaque Ivo Viktor est monté sur la troisième en 1976, tout comme l’Allemand Oliver Kahn en 2001 et 2002. Depuis la fusion du Ballon d’Or et du Joueur Mondial de la FIFA, seul Cannavaro a brisé l’hégémonie des joueurs offensifs.

9) Récompense mondiale
Avec une distinction longtemps réservée aux joueurs européens évoluant en Europe, c’est sans surprise que le palmarès est dominé par le Vieux Continent. Les pays les plus récompensés sont lesPays-Bas et l’Allemagne, avec sept Ballons d’Or chacun, partagés entre trois joueurs pour les Oranjes(Cruyff, Van Basten, Ruud Gullit) et  cinq pour la Mannschaft (Gerd Müller, Beckenbauer, Rummenigge, Matthäus, Sammer). Suivent la France (6, dont trois pour Platini), l’Italie, le Brésil et l’Angleterre (5), l’Argentine et ses quatre trophées pour le seul Messi, l’URSS, le Portugal et l’Espagne (3), la Tchécoslovaquie (2), et l’Ukraine, le Liberia, l’Irlande du Nord, la Hongrie, l’Écosse, le Danemark et la Bulgarie, avec chacun un sacre. Si l’on s’arrête au prix du Joueur mondial de la FIFA, créé en 1991, leBrésil domine le classement avec huit titres, devant les trois sacres français, tous pour Zidane, les deux couronnes portugaises et italiennes. Enfin, le FIFA Ballon d’Or dans sa forme actuelle n’a pour l’instant sacré qu’une seule nation, l’Argentine représentée par Messi en 2010, 2011 et 2012.

10) Bienvenue au club
Depuis la première remise du Ballon d’Or en 1956, plusieurs clubs ont vécu  des cycles de domination sur le football mondial. Le dernier en date a vu le FC Barcelone et ses joueurs mettre la main sur tous les trophées de la planète football, y compris le Ballon d’Or. Le club catalan a vu dix fois l’un de ses joueurs récompensés et devance au palmarès la Juventus et l’AC Milan (8), le Real Madrid (6), leBayern Munich (5),  Manchester United (4), l’Inter Milan, le Dynamo Kiev et le Hambourg SV (2). Si l’on élargit aux présences sur le podium, le Barça domine encore avec 27, devant le rival madrilène (21), le Milan (17), la Juve (16) et l’Inter (11). Mieux encore, sur le palmarès du FIFA Ballon d’or sous sa forme actuelle, les deux géants clubs espagnols ont trusté tous les podiums : 3 victoires, une seconde place et trois troisièmes pour les Blaugranas, et deux deuxièmes places pour les Merengues.

11) Terrains conquis
Logiquement, dans les championnats les mieux représentés, la Serie A et La Liga sont en tête avec respectivement 18 Ballons d’Or et 48 podiums pour la ligue italienne, et 16 trophées et 49 podiums pour l’espagnole. A noter que Jean-Pierre Papin a été le seul joueur sacré en évoluant en France en 1991, Florian Albert en Hongrie en 1967, Josef Masopust en Tchécoslovaquie en 1962, et Cruyff en évoluant aux Pays-Bas en 1971, ses deux autres titres ayant été conquis sous le maillot du FC Barcelone.

12) Cumul des mandats
Le récipiendaire du Ballon d’Or et le Joueur Mondial de la FIFA ont quelque peu différé dans les premières années. Matthäus avait été récompensé par la FIFA en 1991, alors que Papin l’avait été parFrance Football, tout comme Romario et Hristo Stoichkov en 1994, Ronaldo et Sammer en 1996, Zidane et Luis Figo en 2000, Owen et Figo en 2001, Zidane et Pavel Nedved en 2003, Ronaldinho et Andriy Shevchenko en 2004. Les autres années, les mêmes joueurs ont été récompensés. Mieux, depuis 2005 et jusqu’à la fusion de 2010, le même joueur a reçu les deux récompenses : Ronaldinho (2005), Cannavaro (2006), Kaka (2007), Cristiano Ronaldo (2008) et Messi (2009).

13) Le monde à leurs pieds

Sur les 43 joueurs qui ont reçu le Ballon d’Or, seuls 11 ont également réussi à remporter la Coupe du Monde de la FIFA™ : Bobby Charlton (1966), Gerd Müller (1974), Franz Beckenbauer (1974), Paolo Rossi (1982), Lothar Matthäus (1990), Zinedine Zidane (1998), Rivaldo (2002), Ronaldo (1994, 2002), Ronaldinho (2002), Fabio Cannavaro (2006) et Kaka (2002). C’est peut-être ce qui fait dire à Lionel Messi quelques mois avant le verdict de l’édition 2013 : « Entre un cinquième Ballon d’Or et la Coupe du Monde avec l’Argentine, je veux remporter le mondial sans hésiter ! » Mais il n’est écrit nulle part qu’il est interdit de gagner les deux…

 

Source : fifa.com

Comments

comments

loading comments...
Ballon d'OR

Voir d'Autres Sujets : Ballon d'OR

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot