Coupe du Monde 2014

Le Chili d’une courte tête

Le Chili d’une courte tête
k-foot

Le Chili s’en sort bien. Après le large succès des Pays-Bas sur l’Espagne (5-1) en ouverture du groupe B de la Coupe du monde, la Roja a elle vaincu l’Australie (3-1) grâce à trois buts de Sanchez (11e), Valdivia (13e) et Beauséjour (90e+2). Dans les rangs australiens, Tim Cahill n’aura pu que réduire l’écart peu après la demi-heure de jeu (35e). Mais les Socceroos n’auront pas à baisser la tête.

Quand elle aura récupéré de sa gueule de bois néerlandaise, l’Espagne pourra certainement se satisfaire d’être tombée dans ce groupe B. Car, sur ce que l’on a vu entre le Chili et l’Australie, la Furia Roja devrait tout de même pouvoir atteindre les 8e de finale de la Coupe du monde même après avoir été balayée par les Pays-Bas de Van Gaal, Robben ou Van Persie. Bien sûr, elle pourrait alors retrouver le Brésil dès le premier tour de la phase à élimination directe. Mais d’ici là, de l’eau aura aussi peut-être coulé sous les ponts brésiliens.

Dans la moiteur de Cuiaba, Chiliens et Australiens ont en tout cas montré de belles lacunes. Principalement défensives pour les premiers, jamais très loin de voir les Socceroos recoller au tableau d’affichage. Essentiellement offensives pour les seconds, tant l’incontournable Tim Cahill, même à 34 printemps, semblait être seul au monde pour pouvoir faire la différence. Après le premier quart d’heure de jeu, la donne était toutefois différente et personne ne pouvait alors imaginer que la Roja allait trembler jusqu’au temps additionnel pour décrocher ses premiers 3 points.

Merveilleux Sanchez

En deux minutes de jeu, Alexis Sanchez avait ainsi creusé l’écart. Si certains attendaient le Chilien et Turinois Arturo Vidal, remis de sa blessure et par conséquent titularisé au milieu de terrain, c’est bien le Barcelonais qui permettait aux Sud-Américains de prendre un avantage déterminant à la marque. Après une première incursion d’Aranguiz sur la gauche de la défense océanienne et un dégagement raté de la tête de Jedinak, « El Nino Maravilla » contrôlait un ballon de la poitrine pour trouver le chemin des filets à bout portant (11e, 1-0). Deux minutes plus tard, c’était encore lui à la manoeuvre pour servir Valdivia après un contrôle orienté et une accélération plein axe. En bout d’action, le meneur de jeu de Palmeiras doublait la mise de l’entrée de la surface (13e, 2-0).

La route semblait à cet instant-là toute tracée pour la troupe du sélectionneur Jorge Sampaoli. Sauf que Tim Cahill, l’avant-centre des New York Red Bulls, se rappelait aux bons souvenirs de la Coupe du monde et réduisait l’écart, forcément de la tête, pour les Aussies (35e, 2-1). Un timing parfait lui permettait de smasher le centre de son coéquipier Leckie pour signer sa 4e réalisation au total dans l’histoire de l’épreuve quadriennale. A la peine, le Chili reculait et n’était plus très loin de se faire reprendre. Surtout quand Tim Cahill, une nouvelle fois de la tête mais en position réelle de hors-jeu, ou Mark Bresciano, d’une volée puissante, inquiétaient un Claudio Bravo par ailleurs solide dans le but adverse. Heureusement, Jean Beauséjour avait la bonne idée de réaliser une entrée gagnante, avec une réalisation du gauche dans le temps additionnel (90e+2, 3-1). Histoire d’assurer un succès long à se dessiner mais essentiel pour croire, un tant soit peu, à une hypothétique qualification.

Source : football.fr

Comments

comments

loading comments...
Coupe du Monde 2014

Voir d'Autres Sujets : Coupe du Monde 2014

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot