Coupe du Monde 2014

Juste le match Ronaldo-Zlatan ?

Juste le match Ronaldo-Zlatan ?
k-foot

Ronaldo et Zlatan suffisent pour évoquer le bouillant Portugal-Suède…

La Suède affronte le Portugal ce vendredi en barrages et, forcément, l’ensemble de la presse s’est focalisée sur un seul aspect : Qui de Zlatan ou Ronaldo manquera le prochain Mondial au Brésil ? Tant pis pour les 44 autres joueurs concernés donc. Navrant…

Difficile, dans une société où l’individualisme se vit désormais de manière décomplexée, de souligner la médiocrité du traitement de l’actualité. Pour le consortium des observateurs, réduire le choc entre la Suède et le Portugal au duel Zlatan-Ronaldo est somme toute normal. Il faut dire que s’intéresser à autre chose et jeter un œil sur les équipes nationales concernées demande du temps, un petit effort qui ne se marie guère avec l’impératif de la publication à outrance, et donc avec la rapidité exigée.

Le ridicule atteint du coup son paroxysme quand la présentation du duel entre les 14e et 25e nations au classement Fifa devient l’affrontement entre… le PSG et le Real Madrid, les statistiques ébouriffantes sorties pour l’occasion ne concernant évidemment pas les performances des deux joueurs en sélection. Il faut dire qu’elles sont moins sensationnelles…

Cristiano Ronaldo, par exemple, n’a pas marqué pendant six matches entiers lors des éliminatoires, se fendant de quatre petits buts en huit journées, soit un but toutes les 185 minutes. De même, en 810 minutes de présence lors des éliminatoires (neuf matches entiers), Zlatan Ibrahimovic a frappé « seulement » cinq fois (dont trois contre les très faibles Iles Féroé). C’est une micro-surprise: être aussi prolifique en équipe nationale qu’en club est quasi impossible, les automatismes entre partenaires étant logiquement moindres avec si peu de matches. Raison de plus, donc, pour ne pas coller l’étiquette d’extraterrestres aux deux hommes quand ils enfilent la tunique de leur pays.

Malheur auX vaincuS

Si les observateurs s’étaient arrêtés quelques instants sur le Portugal-Luxembourg (3-0, 10e j.), ils se seraient d’ailleurs aperçus que l’un des plus beaux buts de la phase de qualification a été inscrit par le Portugal sans Ronaldo, sur une action splendide conclue par Nani et avec à l’origine un amour de talonnade de Joao Moutinho. Du reste, si la mémoire était un peu plus vive chez nos chers scribouillards, ils se seraient souvenus du traitement médiatique qui avait précédé le choc Suède-Argentine en match amical. Les promesses d’un combat de titans entre Ibrahimovic et Lionel Messi n’avaient logiquement pas été tenues, décontenançant une presse qui ne s’attendait pas à ce 3-2 (pour l’Abliceleste) sans le moindre but des deux vedettes mondiales.

La première question qui devrait se poser, en fait, c’est comment deux nations de ce niveau en sont arrivées à devoir en passer par les barrages. Pour la Suède, la réponse est plutôt rapide, elle figurait dans le même groupe que l’Allemagne, « la meilleure nation du football en Europe » d’après Zlatan himself. Difficile, dans ces conditions, d’accéder directement au Mondial malgré des prestations de belles factures. Les coéquipiers des excellents Sebastian Larsson, Johan Elmander et autre Rasmus Elm ont montré du courage mais ont logiquement terminé derrière celle qui est peut-être la grande favorite à la prochaine Coupe du monde.

Les interrogations sont en revanche plus persistantes concernant le Portugal de Paulo Bento, lequel n’a pas forcément assumé son statut de favori face à la Russie. Et même si la Sbornaïa, dirigée par Fabio Capello, avait opposé aux Lusitaniens et autres formations du groupe F un collectif joueur et soudé, la Seleçcao était parvenue à la battre au moins une fois chez elle (1-0), de quoi nourrir encore plus de regrets. Moutinho, Raul Mereiles et autre Miguel Veloso ont encore affiché une maîtrise du ballon bien supérieure à celle de l’adversaire, sans toutefois en faire une arme dangereuse. Sans attaquant de pointe de haut niveau, Hugo Almeida, Helder Postiga voire Cristiano Ronaldo ne satisfaisant pas dans l’axe, la génération plutôt dorée de ce Portugal peut-elle rater la plus importante compétition du football ? Voilà l’un des vrais enjeux de ce duel.

Source : Football.fr

Comments

comments

loading comments...
Coupe du Monde 2014

Voir d'Autres Sujets : Coupe du Monde 2014

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot