Coupe du Monde 2014

Et si la Coupe du monde s’arrêtait ?

Et si la Coupe du monde s’arrêtait ?
k-foot

Toujours touché par des manifestations et mouvements sociaux, le Brésil commence à s’inquiéter pour sa Coupe du monde. Au point que certains, comme l’ancien attaquant lyonnais Sonny Anderson, craignent que la Coupe du monde soit arrêtée par les Brésiliens en colère…

Grève des transports à Sao Paulo, manifestations parfois violentes, favelas prêtes à exploser, la tension sociale semble à son comble au Brésil à désormais moins d’une semaine du coup d’envoi de la 21e Coupe du monde. Une situation qui ne manque pas d’inquiéter, la FIFA d’abord, les organisateurs ensuite, les observateurs enfin. C’est notamment le cas de l’ancien attaquant de la Seleçao (7 sélections) qui, jeudi soir, en marge d’une opération commerciale pour un site de paris sportifs, e montrait particulièrement alarmiste: « Aujourd’hui, le peuple n’a pas envie d’oublier ses problèmes quotidiens, les Brésiliens ont envie de manifester pour que dire que cette Coupe du monde ne devrait pas avoir lieu ».

Et Anderson d’estimer que la présidente de la République, Dilma Rousseff, et son gouvernement ne peuvent pas rester les bras croisés sans rien faire en attendant que ça se tasse: « Je suis inquiet, je pense même que ça peut provoquer l’arrêt de la Coupe du monde. Si le gouvernement brésilien ne fait rien, le risque de voir la Coupe du monde s’arrêter existe. Il doit donner des réponses rapidement, parler au peuple avec un projet pour les hôpitaux, pour l’école… Si la Présidentese cache derrière la Coupe du monde en espérant qu’elle efface tout, ça ne passera pas, il faut qu’elle se montre, qu’elle propose des choses pour calmer le peuple et surtout, qu’elle tienne ses promesses. »

Pour autant, l’ancien attaquant de l’AS monaco et de l’Olympique Lyonnais, ne pense pas que la pression sera du coup plus forte sur les joueurs brésiliens, habitués à vivre avec: « On a l’habitude au Brésil de jouer avec la pression, très jeune même. Quand vous avez 17 ans et que vous portez le maillot du Brésil, cette pression existe déjà, la presse est présente, les supporters vous suivent, vous êtes connus parce que vous jouez dans un club professionnel… Cette pression ne me fait pas peur. Quand vous mettez ce maillot, vous êtes fier de le porter, c’est un honneur de représenter cette nation de 200 millions d’habitants qui est le meilleur pays du football. »

Source : football.fr

Comments

comments

loading comments...
Coupe du Monde 2014

Voir d'Autres Sujets : Coupe du Monde 2014

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot