Championnat Espagne

Bale fait oublier « CR7 »

Bale fait oublier « CR7 »
k-foot

Karim Benzema peut remercier Gareth Bale, passeur décisif mais surtout auteur d’un triplé.

Le Real Madrid n’a pas besoin de Cristiano Ronaldo en ce moment. Déjà brillant vainqueur de Galatasaray, mercredi en Ligue des champions, le Real Madrid n’a pas souffert de l’indisponibilité du Portugais pour l’emporter devant Valladolid (4-0), samedi en Liga. Karim Benzema (de la tête) et surtout Gareth Bale (un triplé) ont encore marqué.

Les supporters du Real Madrid ne manqueront pas de le pointer du doigt: la Cristiano Ronaldo-dépendance se fait bien moins sentir que la Messi-dépendance au Barça. Après avoir balayé le Galatasaray (4-1), mercredi, les Merengues, privés comme contre les Turcs du Portugais (légèrement blessé aux ischios), n’ont fait qu’une bouchée de Valladolid en l’emportant 4-0. Un 12e succès en 15 journées qui permet de rester à trois points de l’Atlético et de revenir à autant de foulées des Blaugranas, attendu à Bilbao dimanche soir.

Certes, Carlo Ancelotti a pu compter sur son autre star, du moins la « nouvelle » vedette du club, Gareth Bale. Déjà buteur contre Almeria (0-5) et en Ligue des champions, le Gallois a marqué la rencontre de son empreinte d’un triplé. L’innarrêtable gaucher a inscrit de véritables buts d’avant-centre, en étant opportuniste de la tête (33e), puis bien placé sur des centres de Marcelo, du droit sur un ballon repoussé (64e) et en coupant au point de pénalty (89e). L’ancien de Tottenham est même au centre pour le 2e but signé Karim Benzema, auteur d’un appel parfait plein axe et d’une tête puissante (36e).

Plus d’actions construites

Paradoxalement, « GB11 » s’est montré plutôt discret, notamment en première période, en accélérant peu sur son aile droite. C’est de l’autre côté, par Angel di Maria, que le danger est constamment venu. L’Argentin est par exemple à l’origine de l’ouverture du score, en obligeant le portier adverse à faire une claquette insuffisante. Le gaucher recruté à Benfica avait ouvert les hostilités d’un superbe enchaînement contrôle de la poitrine-reprise instantanée qui a échoué sur la barre (5e).

Puis les nombreuses constructions, fomentées par le double pivot Luka Modric-Xabi Alonso et le plus offensif Isco, ont souvent penché sur la gauche et occasionné les réalisations de la seconde période. Le Real a su offrir de nombreux mouvements simples et intelligentes. Un jeu en une ou deux touches de balle qui est peut-être moins réalisable avec un Ronaldo, qui vampirise habituellement les constructions de son équipe qui prend la plupart des « shoots ». Ce Real a donc de la puissance même sans le favori au Ballon d’Or.

Source : football.fr

Comments

comments

loading comments...
Championnat Espagne

Voir d'Autres Sujets : Championnat Espagne

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot