Coupe du Monde 2014

Amnesty tacle le Qatar

Amnesty tacle le Qatar
k-foot

 Le Qatar est dans le viseur d’Amnesty International qui condamne « une exploitation des travailleurs migrants »

Alors que Hassan Al-Thawadi, le secrétaire général du Comité suprême d’organisation Qatar 2022, juge ce lundi « tout à fait inacceptables » les conditions de travail de certains travailleurs immigrés, Amnesty International a publié un rapport dimanche allant en ce sens. L’ONG parle même « d’une véritable exploitation des travailleurs migrants, qui s’apparente parfois à du travail forcé. » Et revient forcément en écho le reportage de nos confrères britanniques du Guardian qui révélait le décès de 44 travailleurs népalais entre avril et août dernier.

Un nouveau pavé dans la mare du Qatar qui ne va pas permettre à l’émirat du Moyen-Orient de redorer son image après le premier reportage déjà à charge qu’avaient effectué nos confrères du Guardian quelques semaines plus tôt. Quand ces derniers annonçaient que 44 ouvriers népalais avaient trouvé la mort entre avril et août dernier sur les chantiers des stades pour l’organisation de la Coupe du monde 2022, Amnesty International vient de publier à son tour un rapport qui condamne de nouveau des méthodes dignes d’un autre âge.

Diffusé dès dimanche, ce rapport évoque ainsi « des interactions contractuelles complexes aboutissant à une véritable exploitation des travailleurs migrants, qui s’apparente parfois à du travail forcé. » Plus globalement, c’est tout le secteur du bâtiment qui est touché et « ne respecte pas les droits des ouvriers qui travaillent sur des projets de plusieurs millions de dollars, et qu’il les surexploite« , selon les termes employés par l’ONG.

Au moment même où Hassan Al-Thawadi, le secrétaire général du Comité suprême d’organisation Qatar 2022, s’est dit « épouvanté » par le reportage du Guardian dans les colonnes du Parisien-Aujourd’hui en France ce lundi, la secrétaire général d’Amnesty International Salil Shetty a pratiquement devancé ses mots, expliquant : « Les entreprises doivent faire en sorte que les travailleurs migrants employés dans le bâtiment ne fassent pas l’objet d’une exploitation éhontée. » « Elles doivent être proactives, donc ne pas réagir simplement quand on souligne des problèmes. Ignorer l’exploitation est impardonnable, notamment quand elle détruit des vies« , a-t-elle ajouté très clairement.

Coupable de négligences graves, le Qatar multiplie visiblement les abus et Amnesty International en énumère quelques uns: « non-paiement des salaires, conditions de travail très difficiles et situations de logement choquants, entre autres« . « Les chercheurs ont également rencontré des employés du bâtiment qui ont été piégés dans le pays, sans possibilité d’en sortir, pendant plusieurs mois« , précise encore l’organisation qui « exhorte le gouvernement à faire respecter les droits du travail, que les employeurs ignorent très régulièrement. L’organisation demande aussi une réforme du système dit de « parrainage », qui interdit aux travailleurs migrants de quitter le pays ou de changer d’emploi sans l’autorisation de l’employeur. » Et de conclure : « Faute de mesures urgentes et de grande ampleur, des centaines de milliers de travailleurs migrants risquent toujours de subir une vaste exploitation.« 

Source : football.fr

Comments

comments

loading comments...
Coupe du Monde 2014

Voir d'Autres Sujets : Coupe du Monde 2014

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2015 K-Foot

Contact K-Foot